Le début du succés

La saga des schtroumpfs

1/3

En 1957, dans une villa au bord de la mer, deux jeunes auteurs de bandes dessinées déjeunent ensemble. L'un s'appelle Franquin & l'autre Peyo. Ils discutent de leurs dernières créations. Le premier vient de créer un tout nouveau personnage prénommé Gaston. Le second s'étonne de la popularité croissante du personnage de Pirlouit, devenu depuis peu l'inséparable compagnon de Johan dont les aventures sont publiées dans « le journal Spirou ».

Désignant la salière, mais ne trouvant pas le mot juste, Peyo demande
alors à Franquin : "Veux-tu me passer la... heu... le... heu le schtroumpf ?" Amusés par ce nouveau terme, les deux amis continueront de l'employer à
la place des traditionnels "bidule" ou "machin"...

Six mois plus tard, tandis que Peyo travaille sur une nouvelle aventure de Johan et Pirlouit, l'idée lui vient de créer une communauté de lutins bleus. Leur nom ? Pourquoi pas les Schtroumpfs ?

l’idée des schtroumpfs

Suite

En 1959, Yvan Delporte alors rédacteur en chef de l'hebdomadaire « Spirou », demande à Peyo d'imaginer une histoire courte avec pour vedettes les Schtroumpfs. Le succès des "Schtroumpfs Noirs" fut tel que Peyo se mit à imaginer d'autres mini-récits.

L'année suivante, à la suite du succès remporté par l'album de Johan et Pirlouit, rebaptisé "La Flûte à Six Schtroumpfs", publié aux Editions Dupuis, Peyo décide de redessiner les premiers épisodes et les adapte en albums grand format (toujours pour Dupuis).

La notoriété grandissante des Schtroumpfs contraint Peyo à créer son propre studio et à s'entourer d'une importante équipe de collaborateurs. Walthéry, Roger Leloup, De Gieter, Wasterlain, Derib, futures vedettes de la bande dessinée, y feront leurs premiers pas.
Très rapidement, le succès des Schtroumpfs s'impose au-de là des frontières de la Belgique.

sommaire

En Octobre 1958 quand "Flûte à six trous" est publié dans l’hebdomadaire : «Le Journal de Spirou ». Les lecteurs sont d'emblée fascinés par ces sympathiques petits farfadets.